• #

UTOPIE ET MEMOIRE
26-29 mars 2015, Monte Verità, Ascona

Nous sommes notre mémoire: sans notre vécu individuel et collectif, il serait impossible de nous projeter dans l’avenir ou de l’imaginer et il n’y aurait plus aucune place pour l’utopie. Mais combien d’utopies jamais abouties habitent-elles notre mémoire personnelle et politique? Et que signifie la recherche du temps perdu et l’élaboration de souvenirs dans la création littéraire? Servent-elles à récréer une réalité disparue ou à inventer un monde et une temporalité parallèles qui jailliraient de la magie des mots? Telles sont quelques-unes des questions posées par le Festival Eventi letterari Monte Verità qui se tiendra au printemps prochain à Ascona sous le titre «Utopie et mémoire», ayant la certitude que seul celui qui sait cultiver la mémoire est à même de créer un avenir meilleur même s’il peut parfois sembler utopique.

Le coup d’envoi de la troisième édition du Festival sera donné par un prix Nobel: le romancier turc Orhan Pamuk. Claudio Magris, auteur du discours inaugural de la toute première édition du Festival, reviendra cette année à Ascona pour prononcer à cette occasion la laudatiode Renata Colorni, lauréate du Premio Filippini.

Le Monte Verità, qui fut il y a cent ans l’un des lieux les plus fous et les plus extravagants du monde, constituera à nouveau un cadre idéal pour approfondir le thème du Festival de cette année avec des lectures et des débats d’écrivains tels que Paolo Giordano, Jerôme Ferrari,Jean-Philippe Toussaint, Thomas Hürlimann, Terézia Mora et de poètes tels que Michel Deguy, Isabelle Sbrissa, Raphael Urweider et Fabio Pusterla

Après deux éditions axées pour l’essentiel sur l’architecture et sur l’utopie d’une cité idéale, avec des contributions de Mario Botta, Francis Kéré et Vittorio Gregotti, Ascona mettra à nouveau la danse à l’honneur en 2015. Grâce à Rudolf von Laban et à ses élèves, la danse occupe une place de choix dans la tradition du Monte Verità. Le Teatro San Materno d’Ascona présentera le travail de la corégraphe allemande Sasha Waltz, accompagnée de la percussioniste Robyn Schulkowsky.

Enfin, quatre essayistes et grands témoins d’horizons divers  – Martin Meyer, Iso Camartin, Barbara Vinken et Gerg Kohler– présenteront le thème du Festival de cette année dans son contexte historique, social et littéraire.

Nous sommes certains que, comme lors des précédentes éditions du Festival, le Monte Verità sera pour le public l’occasion de vivre des moments riches et forts.

 

Irene Bignardi, Paolo Mauri et Joachim Sartorius